Le magazine

L'info en directl'annuairele forumla librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Les fleurs comestibles

On trouve sur le marché français, mais encore rarement, quelques fleurs comestibles de plusieurs espèces :

LES VARIETES

Les 4 pétales rose vif formant une croix des fleurs de bégonias, s'ornent, en leur centre, d'étamines dorées.

Les fleurs de bourrache, d'un bleu bien particulier sont enveloppées de sépales duveteux ; leur saveur évoque curieusement l'huître.

Les capucines, jaunes, oranges, pourpres, ont, tout comme leurs feuilles, le goût piquant du cresson.

Les fleurs de la moutarde sont placées à l'extrémité de tiges grêles ; leur saveur "chaude" est appréciée aussi bien en Italie que dans le Midi de la France.

L'œillet d'lnde, encore appelé "tagette" offre des fleurs en forme de pompon jaune orangé, parfois marquées de brun.

Les 4 pétales des pensées présentent un festival de couleurs unies ou panachées.

En forme de sabot, les fleurs des pois de senteur, couleur pastel, ressemblent assez à celles du haricot.

Les primevères agrémentent les salades de leurs couleurs printanières.

Les soucis, sortes de marguerites très colorées, à l'odeur caractéristique, sont récoltés en été.

Et bien sûr la fleur de courgette, spécialité du pays niçois.

Une bonne association. Pourquoi ?

Salade verte parsemée de fleurs : les feuilles vertes apporteront vitamine B9 et fer (indispensables à la synthèse des globules rouges), les fleurs, de la vitamine C, qui favorise l'assimilation du fer, agissant en synergie contre l'anémie.

BIEN ACHETER
BIEN PREPARER

Les bons outils :

Cru :

Cuit :

Les fleurs flétrissent à la cuisson. Les fleurs de courgettes sont les moins fragiles.

Liquide :

On peut faire des infusions avec les fleurs (tilleul, camomille, roses, lavande, etc.), pour y pocher ensuite des fruits ou préparer des sirops légers pour des salades de fruits.

Du côté de ...

A chaque caractère et à chaque parfum son usage culinaire :

Le point de vue du nutritionniste

 

La concentration en micronutriments des fleurs comestibles doit être relativisée : elles sont consommées de façon anecdotique, et en faible quantité. Mais leur richesse est telle que, même ponctuellement, elle apporte un véritable "plus" en minéraux et vitamines au plat auquel elles seront ajoutées.

Source APRIFEL