Le magazine

L'info en directl'annuairele forumla librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Les Européens et leurs chiens

A l'heure où la France prend la présidence européenne, nous nous interrogeons sur la place du chien dans les différents pays européens : Mais, qui possède des chiens ? Quelles races sont les plus représentatives ? Quels sont les freins à la possession d'un chien ? A quelles activités sont-ils associés ? Quel est le statut du chien dans un foyer ? Que devient-il pendant les vacances ? Comment risque d'évoluer la population canine dans les différents pays ? Autant de questions auxquelles répond le sondage mené, en mai 2000, par la Sofres1 à la demande de la Société Centrale Canine.

Cette étude a été réalisée dans cinq pays - France, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne, Italie - soit 82 % de la population de la Communauté Européenne. Elle s'est déroulée entre le 11 et le 25 mai 2000 par téléphone, auprès d'échantillons nationaux représentatifs de 1 000 individus (15 ans et plus) par pays excepté en Allemagne (2 000 individus).

La France en tête : plus du tiers des Français possèdent au moins un chien

35 % des Français possèdent au moins un chien, tandis que les Allemands ne sont que 18 % à en posséder, les Anglais, 22 %, les Espagnols, 26 % et les Italiens 28 %.

Dans les cinq pays européens sondés, on trouve surtout les possesseurs de chiens :

Les Britanniques et les Allemands ... très actifs avec leurs chiens

La très grande majorité des Européens pratiquent avec leurs chiens différentes activités. Champions, les Britanniques (100 %) et les Allemands (98 %) sont très attachés à donner de l'exercice et de l'occupation à leur compagnon.

Dans tous les pays, c'est la promenade qui vient en premier, de loin au Royaume-Uni (93 %). En Italie et en France, la chasse est une activité à laquelle on associe vraiment le chien (11 %). C'est en Allemagne que les activités sont les plus diversifiées : les promenades (88 %) sont relayées par le jogging (39 %), l'assistance dans le cadre du travail (18 %), la chasse, le jeu, les sports canins et le vélo.

A noter que 15 % des Français déclarent ne rien faire de particulier avec leur chien. L'ltalie suit d'assez près avec 11 %.

De l'espace et du temps manquent pour avoir un chien

Les non-possesseurs de chiens invoquent des raisons différentes, selon les pays, pour ne pas en avoir.

Les Italiens (49 %) et les Espagnols (39 %), qui vivent pour les deux tiers d'entre eux en appartement, invoquent prioritairement la contrainte de leur habitat.

Les Allemands (33 %) et les Britanniques (28 %), mettent en avant le fait qu'ils n'auraient pas le temps de s'en occuper : ce sont en effet eux qui exercent le plus d'activités avec leur animal (cf paragraphe sur l'activité des chiens).

Les Français, pour leur part invoquent à la fois leur habitat et le manque de temps.

A noter que 25 % des Espagnols déclarent qu'ils n'en ont pas parce qu'ils n'aiment pas les chiens contre 19 % pour les Britanniques, 12 % pour les Italiens et les Espagnols, et seulement 7 % pour les Français.

La possession d'un autre animal ou le coût sont assez peu évoqués.

Un compagnon fidèle pour 60 % des Européens

A l'unanimité le chien pour les Européens est avant tout un compagnon fidèle.

En Allemagne et en France c'est aussi l'ami des enfants (39 et 40 %). 38 % des Allemands le considèrent aussi comme un gardien et un protecteur (38 %).

C'est le bébé de la famille dans les 5 pays étudiés. On trouve ainsi les chiens plutôt dans les familles de 5 personnes et plus : le chien devient alors le « petit dernier ».

A la fois compagnon fidèle, ami des enfants et bébé de la famille, c'est en Allemagne que le statut du chien est le plus fort.

Encore plus de chiens en France à l'avenir !?

Les Français qui ne possèdent pas de chien sont 41 % à souhaiter en avoir un jour. Les Britanniques, les Espagnols, les Italiens le pensent également (37 à 39 %). Seuls, les Allemands se démarquent très fortement puisque 80 % ne souhaitent pas en avoir un jour.

Pour les vacances : merci aux amis !

A la veille des vacances, le chien redevient un sujet d'actualité au regard des malheureux cas d'abandon relevés chaque année. L'étude révèle les attitudes des Européens face à cette situation préoccupante.

Quand les Européens partent en vacances, c'est de préférence à des connaissances (amis, parents, voisins) qu'ils confient leur chien (45 % d'entre eux).

Les Britanniques sont les seuls à les laisser dans des chenils (22 %). Ce sont eux qui les emmènent le moins en vacances (14 %). Ceci peut s'expliquer par la réglementation sévère concernant l'entrée (et donc le retour) des animaux sur le territoire britannique.

Les Français sont les plus nombreux à ne pas s'en séparer (40 %). Ils les emmènent avec eux presque autant qu'ils les confient à des connaissances (44 %).

13 % des possesseurs de chiens ont un berger allemand

Au tout premier rang, les Européens ont choisi pour compagnon le berger allemand. En tête, les Italiens avec 18 % de ces chiens (23 % si l'on y ajoute les bergers de la maremme). La France est un peu en retrait avec 8 % de possesseurs de cette race. Le critère de race peut être toutefois tempéré par le critère du groupe de races, mais c'est encore dans le groupe des chiens de berger et chiens de bouvier que les Européens ont le plus choisi leur chien (de 15 % pour la France à 29 % pour l'ltalie).

En France, 20 % des chiens appartiennent au groupe des chiens d'agrément, très loin devant les autres pays (2nd, l'Espagne avec 10 %). C'est le caniche qui vient en tête de toutes les races présentes en France avec 13 % (1er rang européen). Pays chasseur, les chiens d'arrêt (9 %) et les chiens rapporteurs et chiens d'eau (8 %) y sont bien présents

En Grande-Bretagne, la famille des chiens rapporteurs et chiens d'eau est très répandue (20 %). Les labradors et golden retrievers représentent 14 % des chiens aujourd'hui, les colleys, (de la famille des chiens de bergers, chiens de bouvier) pèsent 13 %. La famille des terriers est également très présente avec 24 %.

En Allemagne, les races citées sont très nombreuses (comme en Grande-Bretagne).
Emergent cependant du lot les 14 % de
terriers et les 8 % de teckels. Les molossoîdes (pinscher, schnauzer, Doberman, Terre-Neuve, bouvier suisse, ... ) représentent 11 % de l'ensemble.

C'est en Italie que l'on trouve le plus de chiens nordiques (5 %) et le moins de chiens d'agrément (4 %). Les chiens d'arrêt y sont également bien représentés avec 7 %.

En Espagne, les caniches représentent la 2ème race avec 6 % de l'ensemble des chiens. Pays chasseur également, elle compte 6 % de chiens d'arrêt, dont 3 % d'Epagneuls et 7 % de chiens rapporteurs et chiens d'eau dont 5 % de Cocker.

Si les Britanniques et les Français sont très attachés à la race - seuls 11 % et 14 % respectivement ne peuvent déterminer la race de leur chien -, les Italiens sont les moins sensibles à ce critère : 35 % ne donnent pas la race de leur chien.


Une légère différence entre la réalité vécue par les possesseurs de chiens, et leurs souhaits : berger allemand toujours en tête, labrador en hausse !

Possesseurs et non-possesseurs de chiens confondus ont été interrogés sur les 3 races qu'ils préféraient.

C'est le groupe des chiens de berger et des chiens de bouvier, qui remporte la palme, sauf au Royaume Uni et en France où les chiens rapporteurs et chiens d'eau les devancent légèrement. Les bons scores de ces groupes étant réalisés grâce au berger allemand d'une part, au labrador d'autre part.

Cependant, selon les pays, les souhaits évoluent différemment et pourraient amener à terme des profils de population canine bien différents. Ainsi :

Si l'on compare réalité et souhaits, la France et le Royaume-Uni seraient susceptibles de garder sensiblement le même profil de population canine. En revanche, c'est l'Espagne et l'ltalie qui, exprimant le plus de souhaits en décalage avec la réalité (arrivée du Husky et du Caniche en deuxième position), devraient voir le plus évoluer leur population canine.

Comme on peut le constater dans cette étude, le chien joue un rôle important dans la vie des Européens. Cependant des clivages importants apparaissent en fonction des différences de modes de vie entre pays latins et nordiques.

SOCIETE CENTRALE CANINE - SOPEXA