Le magazine

L'info en directl'annuairele forumla librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Le chou de Bruxelles

 

Les choux de Bruxelles (Brassica oleracea) illustrent parfaitement la tendance particulière qu'a le chou à varier ses formes.

Contrairement aux choux-fleurs ou aux choux pommés, les choux de Bruxelles ne poussent pas au sommet de la plante. C'est à l'aisselle des feuilles que se développent, tout au long d'une très longue tige, des bourgeons latéraux en forme de petites pommes très serrées.

Cette curieuse plante potagère est relativement récente puisque son existence remonterait à la fin du 18ème siècle. A partir de 1820, au moment où sa production se développe aux environs de Paris, on l'appelle chou de Bruxelles en référence à l'importance de sa culture dans le Brabant dès le début du 19ème siècle.

Aujourd'hui, les variétés cultivées sont des hybrides F1 issues de variétés anciennes peu rentables. Les cultivars modernes sont deux fois plus hauts que leurs ancêtres et peuvent produire plus de 3 kg par tige. Très réguliers en calibre, ils ne sont pas formés de petits choux en bas et en haut de tige, et de gros au milieu comme les anciennes populations. Pour le marché de frais, les variétés se nomment par exemple Oliver, Cyrius, Icarus, Philemon, Ajax, Ariston, ...

BIEN ACHETER
BIEN PREPARER

Les bons outils :

Cru :

Cuit :

Liquide :

On mixe un mélange de pommes de terre et de choux de bruxelles cuits dans un bouillon de poule. On peut enrichir cette crème onctueuse de crème et de petits lardons rissolés.

Tendances :

Vite cuit, vite prêt, le chou de Bruxelles est une gourmandise qu'apprécient petits et grands. A consommer froid ou chaud.

Le point de vue du diététicien

 

Les substances soufrées du chou de Bruxelles sont parfois mal tolérées, car elles peuvent irriter la muqueuse digestive. Pour limiter ce désagrément, il est conseillé de faire blanchir les choux avant de les cuire. Cette pré-cuisson, que l'on effectue 3 mn à l'eau bouillante salée ou 5 mn à la vapeur très chaude, permet d'éliminer une partie des molécules soufrées volatiles, et de stopper l'activité de certaines enzymes. Les choux de Bruxelles étant particulièrement riches en vitamine C, leur teneur, partiellement réduite par le blanchiment, reste cependant très intéressante.

Source APRIFEL