L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 09-01-2004

COORDINATION RURALE

Crise porcine : un rapport peu convaincant
Les vraies solutions ne sont pas abordées

Le rapport remis le 06 janvier dernier par Jean-Louis PORRY au ministre de l'Agriculture ne semble malheureusement pas avoir pris la mesure de la gravité de la crise que traverse le secteur porcin. Au lieu de s'attaquer aux causes, il propose au contraire d'en accentuer les effets ! !

L'appel à la concentration des élevages ne fera que favoriser la disparition d'une grande partie des éleveurs, sans modifier ni les volumes produits, ni l'organisation du commerce qui fonctionne sur le principe de la concurrence et du moins-disant. Ce n'est pas cela qui permettra aux éleveurs de retrouver de la valeur ajoutée, d'autant plus que la diminution du nombre des élevages va à l'encontre des attentes des consommateurs en matière de qualité, et d'une occupation harmonieuse de l'espace rural.

Seule une maîtrise de la production au niveau européen, accompagnée d'une réelle préférence communautaire, permettrait aux éleveurs de continuer à produire dans des conditions durables tant sur le plan économique que social ou environnemental, grâce à des prix rémunérateurs. C'est cela qu'attendent les éleveurs et non des propositions de cessation d'activité !

La réduction du poids des carcasses proposée par l'ONEP (Organisation Nationale des Eleveurs de Porcs) serait une mesure peu coûteuse, facile à mettre en place, permettant de manière efficace de diminuer la production en France (ainsi, une baisse de 4 kg entraînerait une diminution de 3 % de la production).

Il est par ailleurs urgent et impératif de s'attaquer aux insupportables distorsions de concurrence à l'intérieur de l'Europe, avec l'Espagne en particulier.

Enfin, l'idée de s'appuyer sur l'interprofession Inaporc serait une bonne idée si celle-ci était représentative ; or, ce n'est pas le cas, en tout cas du point de vue des vrais producteurs, car l'ONEP n'est toujours pas membre de celle-ci.