L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 24-10-2003

COORDINATION RURALE

OGM : Suite aux récents évènements anglais,
la CR en appelle aux coopératives,
aux distributeurs français
et aux responsables politiques

A l'heure où l'on annonce, à grand renfort médiatique, la prochaine levée de l'embargo européen sur les OGM, la CR note avec intérêt les événements récents qui se déroulent en Grand Bretagne sur le front des OGM.

On vient en effet d'apprendre qu'un rapport officiel concernant les programmes d'expérimentation en plein champ d'OGM résistants aux herbicides dressait un bilan mitigé de ces expériences. Il en ressort notamment que les cultures transgéniques de betterave et de soja se sont avérées agressives pour leur environnement.

Enfin, on a appris hier que le groupe britannique Co-op - qui est à la fois un distributeur important au Royaume-Uni et le plus gros exploitant agricole du pays - a annoncé sa décision de "bannir les OGM de la composition des produits de sa marque de distributeur et de ses champs". Le directeur général du groupe précise que cette décision a été prise "sur la base des connaissances scientifiques dont nous disposons actuellement et de l'opposition généralisée de nos clients […]".

La CR note avec intérêt que le groupe britannique a pris acte de l'attente du consommateur et appliqué le principe de précaution qui est si souvent invoqué. Elle en appelle donc aux coopératives, aux distributeurs et aux responsables politiques français afin qu'ils fassent preuve du même discernement.

Elle souligne que la décision de levée du moratoire sur les OGM, dans un tel contexte, serait une provocation, un mépris des consommateurs et une violation de la démocratie. Le Conseil des ministres de l'Union devrait maintenir le moratoire et se donner le temps d'expertiser ces événements récents, en application du principe de précaution qui trouve ici sa pleine application. Sans plus attendre la Commission se doit de proposer de toute urgence un dispositif permettant à l'Europe de produire ses propres protéines sans avoir recours aux importations de soja ou de tourteaux de soja OGM.