L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 30-09-2003

IFEN

Pesticides dans les eaux : le diagnostic s'affine

L'Institut français de l'environnement (Ifen) rend public le rapport annuel sur les pesticides dans les eaux, qui concerne les résultats des analyses effectuées en 2001. Le réseau de surveillance s'étoffe encore cette année avec 5 400 points d'observation (ils étaient 3 000 en 1999/2000) mais il reste encore trop hétérogène pour en tirer une image représentative et précise de la nature de la contamination, en durée et en intensité. La variabilité de ce réseau ne permet en outre pas de comparer encore les résultats obtenus d'une année sur l'autre.

Depuis 1998, l'Ifen établit un bilan annuel de la contamination des eaux par les pesticides, à la demande du ministère de l'Ecologie et du Développement durable. Le cinquième bilan, publié aujourd'hui, synthétise les informations de l'année 2001, excepté celles concernant le littoral (2000). La connaissance de la contamination s'améliore d'année en année : les territoires couverts par les suivis s'étendent, les méthodes d'échantillonnage s'homogénéisent. Depuis cinq ans, se sont notamment déployés les réseaux des groupes régionaux « phyto » et le réseau national de connaissance des eaux souterraines. Cependant, les efforts sont à poursuivre afin d'améliorer la qualité des données ou de réduire les temps de mise à disposition de l'information au niveau national.

Des pesticides présents sur la majorité des points observés

Les pesticides sont présents sur la majorité des stations échantillonnées en 2001, plus souvent dans les eaux de surface (dans 73% des stations concernées, on a retrouvé au moins une fois une des substances actives recherchées) que dans les eaux souterraines (57%), dans des proportions telles que les milieux aquatiques peuvent être perturbés ou les seuils admissibles pour la production d'eau potable sans traitement spécifique des pesticides dépassés. La seule surveillance des captages d'alimentation en eau potable met cependant en évidence des ressources bien protégées. Ces ressources permettent d'alimenter sans traitement spécifique d'élimination de pesticides un grand nombre de réseaux d'eau potable. Néanmoins, près de la moitié du volume d'eau superficielle utilisé pour la production d'eau potable ne permet pas leur distribution sans mesure appropriée.

Des résultats préoccupants en Martinique et Guadeloupe

Dans les départements d'outre-mer, les réseaux de surveillance des pesticides sont en cours de structuration. Les résultats du contrôle sanitaire, des réseaux régionaux « phyto » ou d'études particulières font état de niveaux de contamination très préoccupants en Martinique et en Guadeloupe, notamment à cause de la présence d'insecticides interdits depuis plus de 10 ans.

Une évolution encore difficile à mesurer

En termes d'évolution, et bien que les moyens consacrés à l'observation des pesticides dans les eaux continentales métropolitaines croissent d'année en année, il est encore délicat de dresser des conclusions générales. Des tendances peuvent être dégagées pour certains pesticides largement recherchés, disposant de méthodes analytiques éprouvées (comme pour le lindane, montrant une tendance à la baisse) mais, généralement, une analyse très approfondie des données reste nécessaire.

Des interdictions et des contrôles renforcés

Le programme de réduction des pollutions par les produits phytosanitaires, lancé en août 2000, se poursuit. Des mesures de gestion du risque ont été prises par le ministère chargé de l'Agriculture pour limiter la présence de substances actives dans les eaux. C'est le cas par exemple des triazines, interdites en 2003, et qui, en 2001, étaient toujours les plus fréquemment retrouvées - avec leurs produits de dégradation - dans les rivières et les nappes.

Les pesticides dans les eaux - Cinquième bilan annuel - Données 2001
Etudes & Travaux n°37 : brochure-résumé 27 pages (gratuite)
ou résultats complets sur CD-Rom (15 euros + 3 euros de frais de port)
Résumé en ligne :
http://www.ifen.fr/pestic/2003/pestic2003.htm
Diffusion : Ifen : 02 38 79 78 42 ou
diffusion@ifen.fr