L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 18-09-2003

COORDINATION RURALE

Pétition des chercheurs français sur les OGM :
Science ou sensiblerie ?

Tous les moyens sont bons pour tenter d'imposer les essais d'OGM en plein champ. La dernière initiative vient de certains chercheurs français qui mettent en circulation une pétition appelant l'attention des pouvoirs publics et de la communauté scientifique sur les risques d'exode des chercheurs français et de retard irrémédiable de la recherche française dans le contexte actuel de destructions des essais au champ. On n'oublie pas d'évoquer les malheureux enfants atteints de maladies rares, en attente de salut grâce à la thérapie génique.

La CR dénonce vigoureusement la manipulation des esprits sous-jacente à ces démarches non dénuées d'arrière-pensées. Le débat sur les OGM mérite mieux que la sensiblerie : une démarche scientifique rigoureuse et un respect du principe de précaution tant de fois invoqué dans d'autres circonstances.

L'honnêteté intellectuelle exigerait le respect des principes suivants :

Il convient par ailleurs de rappeler que des millions d'hectares sont cultivés dans le monde, si bien que l'on peut considérer que l'expérimentation est déjà faite en grandeur nature : la France et l'Union Européenne conserveraient un atout considérable si elles pouvaient garantir une production agricole non OGM qui serait valorisée par rapport à un standard mondial OGM ? Comment ne pas voir derrière la pression de certains lobbies scientifiques une pression économique considérable visant à polluer sciemment le territoire français afin d'obtenir l'autorisation de cultiver les OGM ? La barrière continentale constitue pourtant la seule protection efficace contre la dissémination des pollens …

Par conséquent, les pouvoirs publics seraient bien avisés d'exiger un débat objectif sur le sujet des OGM sans céder à la pression d'un clan. Les chercheurs doivent pour leur part contribuer au débat avec rigueur, au service de la science, sans manipulation ni sensiblerie : cette attitude serait beaucoup plus crédible que les pétitions.