L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 11-09-2003

FRANCOIS GUILLAUME

La banque verte est-elle encore mutualiste ?

Je suis scandalisé : l'annonce simultanée du résultat du Groupe Crédit Agricole à plus d'un milliard d'euros (hors surcoût d'acquisition du Crédit Lyonnais) et de la mise en place de prêts aux agriculteurs gravement sinistrés à taux d'intérêts prétendus sacrifiés, est consternante. Alors que ses sociétaires sont accablés, la Banque Verte, reniant ses origines et s'exonérant de ses devoirs, fait ainsi une nouvelle démonstration qu'elle n'est plus mutualiste, ni coopérative.

Après avoir, lors de son introduction en bourse, spolié cinq millions et demi de sociétaires qui lui ont pourtant fourni, sans contreparties, le capital nécessaire à son spectaculaire développement, le Crédit Agricole lâche les paysans au moment même où ils étaient en droit d'espérer un juste retour à leur fidélité.

Proposer des taux à 2 % et à 3 %, c'est-à-dire à peu près au niveau de la ressource courante, alors que d'autres banques de la place moins impliquées dans le secteur agricole font mieux, constitue une véritable provocation et témoigne que le Crédit Agricole vise à sa totale banalisation sans pour autant renoncer au label agricole qui l'a tant servi et qui le sert encore.

François Guillaume
Député
Ancien ministre de l'Agriculture
Ancien Président de la FNSEA