L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 25-08-2003

COORDINATION RURALE

La France abandonne ses paysans

Les premières aides annoncées au début de l'été par le ministère de l'agriculture étaient si décevantes, si loin des réalités, qu'il n'était pas besoin d'être grand devin pour prévoir que la réunion du 22 Août entre le Premier Ministre et le CAF (Conseil de l'Agriculture Française) donnerait des résultats très insuffisants.

Le CAF, qui ne fait pas partie des instances « représentatives » au sens de la loi, constitue en fait l'organisme officiel de la cogestion, celle-ci ayant eu pour résultat l'élimination progressive des agriculteurs.

Si l'effet d'annonce lié à l'octroi de 500 M d'Euros d'aides est toujours efficace vis-à-vis de l'opinion publique l'examen objectif provoque une lourde déception chez les paysans.

Concernant les aides aux transports, la communication est habile : on annonce une enveloppe complémentaire de 24 M d'Euros s'ajoutant à la première de 26 M d'Euros alors que Monsieur Gaymard avait d'abord promis 37 M d'Euros. Si on s'en tient aux promesses ce ne sont donc pas 24 M d'Euros supplémentaires mais seulement 13 M d'Euros !

Concrètement 50 M d'Euros pour des transports de fourrage représentent un montant très en dessous des besoins réels des éleveurs sinistrés.

Les 180 millions d'euros versés au fond des calamités ne seront guère plus efficaces car ce système d'aides est discriminatoire, son accès étant limité par des critères pointilleux.

Les bonifications de prêts ou les reports sur un an sont totalement inefficaces voire nuisibles car cela hypothèque l'année suivante.

Seul petit point positif : une possible participation de l'armée au transport des fourrages et pailles comme le réclamait depuis 1 mois la Coordination Rurale.

C'est peu, beaucoup trop peu par comparaison avec d'autres secteurs … c'est clair : la France abandonne ses paysans. L'année 2003 sera l'année terrible des 3 catastrophes : La réforme Fischler, la sécheresse et demain Cancun (car on ne voit pas comment, ni pourquoi le gouvernement changerait radicalement d'attitude). De nombreux paysans monteront dans la charrette. Il s'agit d'une erreur historique extrêmement grave pour l'avenir de notre pays.

Si la détresse des paysans n'est pas enfin comprise et considérée, alors septembre risque lui aussi d'être très chaud !