L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 20-06-2003

COORDINATION RURALE

Lettre ouverte à Monsieur Jacques Chirac
Président de la République

Monsieur le Président,

La Coordination Rurale vous remercie, ainsi que votre ministre de l'agriculture, pour avoir tenu bon lors des négociations de Luxembourg. Par sa ténacité, la France évite un compromis agricole catastrophique et la mise en œuvre du découplage, véritable insulte aux agriculteurs.

Les négociations qui vont reprendre mercredi 25 juin ont donc une importance vitale et nous sommes convaincus que la France continuera d'y jouer un rôle clé.

La Coordination Rurale est choquée de constater que les propositions actuelles de la Commission sont à l'opposé des souhaits d'une grande partie des chefs d'état et des gouvernements européens. Dans notre pays, un consensus impressionnant s'exprime contre le découplage : les syndicats, les chambres d'agriculture, les coopératives sont unanimes à le condamner. Le pouvoir législatif s'est aussi manifesté récemment contre la réforme de la PAC à mi-parcours, estimant que celle-ci n'était ni nécessaire, ni opportune à l'approche des prochaines négociations de l'OMC.

L'agriculture est non seulement un domaine essentiel de notre économie mais c'est aussi un enjeu clé pour le développement du monde. La Coordination Rurale plaide depuis plus de 10 ans pour des prix agricoles rémunérateurs, pour l'exception agriculturelle à l'OMC et pour la mise en œuvre de zones homogènes d'échanges agricoles afin d'éviter le cortège des drames provoqués par l'exode rural des populations affamées qui peuplent les grandes mégapoles du monde. Il n'y a pas et il ne peut y avoir de prix agricole mondial.

Nous estimons donc qu'il faut refuser le découplage à tout prix car il va dans le mauvais sens en achevant de déstructurer la politique agricole déjà catastrophique que nous subissons depuis 1992. Si un compromis devait être signé instaurant le découplage, même partiel, la Coordination Rurale estime que ce serait un véritable cataclysme pouvant provoquer le désespoir des agriculteurs : ceux ci pourraient alors aller jusqu'à organiser la grève des productions découplées, tournant ainsi en dérision cette nouvelle PAC dressée contre l'intérêt général. Cette réforme provoquerait une grande volatilité des prix et des marchés, une glaciation économique du milieu rural et de tout l'appareil agro-industriel amont et aval, une déstructuration des marchés et des injustices manifestes entre les agriculteurs puisque le découplage serait effectué sur un historique de 3 ans …

Monsieur le Président, les agriculteurs sont derrière vous et votre ministre de l'agriculture pour que la France s'oppose à un compromis désastreux. Ils appellent de leurs vœux une politique agricole ambitieuse, qui leur donne une vision à long terme, et qui leur rende leur dignité grâce à des prix agricoles rémunérateurs mettant fin à de honteuses subventions. Notre pays a besoin d'une relance économique et d'un développement rural dynamique. Nous comptons sur vous pour redonner ses chances à l'agriculture afin qu'elle retrouve un rôle de premier plan.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de notre haute considération.

François Lucas
Président de la Coordination Rurale Union Nationale