L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 20-06-2003

FNSEA - JA

Lettre aux sénateurs et députés

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,
Madame la Députée, Monsieur le Député,
Madame, Monsieur,

Les négociations sur la réforme de la PAC, engagées à Luxembourg entre les ministres de l'Agriculture de l'UE, ont été une nouvelle fois suspendues. Elles devraient reprendre mercredi prochain.

Cette suspension témoigne de l'âpreté des discussions entre la Commission et un certain nombre de pays, dont la France.

Cette âpreté n'est pas surprenante.

Comment peut-il y avoir compromis entre des conceptions diamétralement opposées : d'un côté, une Commission pour qui l'agriculture est une activité parmi d'autres, et qui veut supprimer toute forme de régulation en abandonnant la gestion des marchés ; de l'autre, des pays qui entendent défendre la seule politique intégrée et un modèle agricole qui participe pleinement aux équilibres socio-économiques et à l'aménagement des territoires de l'Union.

Dans cette affaire, la Commission avance masquée. Mais derrière des concepts sibyllins comme le découplage, et derrière le rideau de fumée du productivisme, c'est bien la fin de la politique agricole commune et du modèle européen qui est programmée.

La France, principal pays agricole de l'Union, se trouve en première ligne. Le projet de la Commission signifie pour elle la fin de toute politique d'installation, la diminution drastique de la population agricole, la perte de substance du milieu rural.

Quand on ferme une usine, les Français s'émeuvent à juste titre. Avec cette réforme, ce sont des dizaines de milliers d'emplois que l'on s'apprête à sacrifier.

Ce projet est tout, sauf technique : il concerne tous les Français et en premier lieu ceux qui les représentent.

C'est pourquoi nous faisons appel à vous afin que vous fassiez entendre votre voix dans un débat lourd de conséquence pour les équilibres socio-économiques de notre pays.

Veuillez agréer, Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur, Madame la Députée, Monsieur le Député, Madame, Monsieur, l'expression de nos sentiments les meilleurs.

Jean-Michel LEMETAYER - Jérôme DESPEY