L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 04-04-2003

CONFEDERATION FRANCAISE DE LA COOPERATION AGRICOLE

Dérégulation des marchés :
La commission européenne persiste et signe

La sanction infligée par la Commission européenne aux Organisations professionnelles françaises pour leur gestion responsable au plus fort de la crise bovine, est alarmante et choquante.

Les entreprises coopératives agricoles dénoncent depuis plusieurs mois les décisions communautaires qui désarment unilatéralement la Politique Agricole Commune. L'affaiblissement continu des Organisations Communes de Marché s'inscrit dans le choix d'un scénario ultra-libéral qui fragilise notre modèle alimentaire européen et qui condamne des pans entiers de notre agriculture et de nos territoires.

Pour pallier à ce désengagement suicidaire de l'Union Européenne, les acteurs économiques des filières s'engagent dans des accords courageux et responsables de « régulation privée » afin de gérer les crises qui frappent durement les agriculteurs et leurs outils industriels et commerciaux.

La profession est d'ailleurs régulièrement appelée à exercer cette responsabilité par les Pouvoirs publics qui s'inspirent de cet accord « viande bovine » pour mettre en place un dispositif de crise dans le projet de loi sur l'initiative économique.

Aujourd'hui, la Commission européenne condamne très lourdement cette initiative. Elle veut ainsi ôter définitivement au secteur agricole toute capacité d'organisation, et le livrer sans plus aucune régulation aux intérêts du commerce mondial.

« Cette dérive du droit de la concurrence est totalement incompatible avec les exigences du développement durable », a déclaré Philippe Mangin.

La CFCA affirme sa complète solidarité aux Organisations condamnées et particulièrement à la Fédération Nationale de la Coopération Bétail Viande. Elle soutient les indispensables procédures à conduire pour sortir de l'impasse dans laquelle la Commission veut piéger l'agriculture française et européenne.