L'info en direct

l'annuairele forumle magazinela librairiel'auteur
l'agendales annoncesl'entraideles formationsles fermages

Communiqué du 24-03-2003

COORDINATION RURALE

La Coordination Rurale partage la critique de fond du gouvernement sur la dernière proposition agricole de l'OMC

La Coordination Rurale a adressé récemment une lettre à M. Hervé Gaymard pour suggérer que la France prenne la tête d'un « mouvement mondial de remise en cause profonde des politiques agricoles actuelles inféodées à l'OMC […].

Elle a souvent affirmé que l'OMC constitue l'obstacle essentiel sur la voie du retour à une politique agricole remplissant l'ensemble de ses missions.

Elle se félicite donc de l'analyse très critique de la nouvelle proposition agricole de l'OMC faite le 19 mars dernier par Hervé Gaymard et François Loos et relève avec intérêt la position française en faveur d'une OMC qui « contribue, à l'avenir, à la réduction de la pauvreté, et ne se contente pas d'être une chambre de compensation des intérêts des grandes puissances commerciales ».

La Coordination Rurale œuvre depuis plus de 10 ans à faire sortir l'agriculture de l'OMC en faisant valoir « l'exception agriculturelle ». La dernière proposition agricole de l'OMC montre bien que son seul objectif est « d'établir un système de commerce équitable et axé sur le marché […]» sans considérer les problèmes spécifiques de développement des pays pauvres, incapables de participer « équitablement » au marché. Le premier problème de ceux-ci est en fait de trouver les clés d'un développement endogène, fondé sur une agriculture prospère, seule réponse appropriée et durable au scandale de la faim et du sous-développement.

L'enlisement de la négociation agricole de l'OMC montre bien que la réponse appropriée ne sera pas trouvée au sein de cette instance mais dans une reprise en main des politiques agricoles par les gouvernements du monde. Il nous faut sortir de la logique délétère du marché mondial qui affaiblit les faibles et renforce les positions dominantes des pays riches, seuls capables de subventionner leurs agricultures en les coupant de toute logique économique.